Samsung Galaxy S10 Hands-on : saint sh*t, Samsung peut faire de beaux écrans

Samsung Galaxy S10 Hands-on : saint sh*t, Samsung peut faire de beaux écrans

Ce n’est pas le cas que Samsung a lancé la série Galaxy S10 sur le marché pendant le Mobile World Congress. Le jour même de la présentation de la série Xiaomi Mi 9, Samsung a également présenté sa série Galaxy S10. Malheureusement, jusqu’à présent, je n’ai pas pu mettre la main à la pâte avec les smartphones. A Barcelone, cela a pris fin immédiatement : il suffit de voir les appareils haut de gamme de Samsung. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler avec le Galaxy S10  » normal  » sur le stand Samsung, qui sera vendu 899 euros. Pour les autres modèles, il en va de même, car il n’y a pas beaucoup de différence entre les modèles : du moins, pour ce que je peux remarquer lors d’une séance pratique.

A découvrir également : Des licenciements vacants chez Proximus dus à la transformation numérique

L’écran est fait pour se lécher les doigts.

Commençons par l’écran, et Samsung l’a encore fait. Chaque année, l’entreprise réussit à sortir davantage du placard pour ses panneaux AMOLED. Bien qu’ils soient déjà au sommet de la production de panneaux OLED chaque année, ils continuent de se développer. Cette année, cela donne un écran AMOLED de 6,1 pouces avec une luminosité maximale de 1 200 lentes. Veuillez noter que ce n’est le cas que lorsque le téléphone passe en mode HDR10+. Avec le curseur pour la luminosité de l’écran, cette luminosité ne peut pas être atteinte. 1 200 lentes est également tout à fait inutile, même dans les situations où il y a beaucoup de lumière du soleil. Les couleurs ne sont certainement pas sursaturées, malgré l’espace couleur DCI-P3 que l’écran supporte. Maintenant, je dois dire que les arrière-plans complètent bien l’écran, mais dans d’autres applications aussi vous remarquez que c’est un écran de première classe.

A lire aussi : Black Friday 2018 : les smartphones

Une interface utilisateur apporte de grandes améliorations

Samsung a déjà annoncé lors de sa conférence des développeurs qu’elle allait lancer un nouveau shell logiciel. Ce shell logiciel, appelé One UI, est maintenant disponible sur tous les smartphones Samsung qui reçoivent une mise à jour vers Android 9.0 Pie. La série Samsung Galaxy S10 utilise également ce logiciel. Lors de la foire de Barcelone, j’ai été rassuré au sujet du logiciel Samsung. Experience UI, la version précédente du shell logiciel de Samsung, n’était pas très populaire. Avec One UI, l’entreprise apporte d’importants changements de conception. De cette façon, vous ne reconnaîtrez pas le menu des paramètres lorsque vous le comparerez à l’interface utilisateur Expérience. En outre, One UI a également apporté des changements majeurs aux propres applications de Samsung. Tout a l’air un peu plus épuré : tout s’emboîte l’un dans l’autre.

Samsung One UI - 1

Je ne suis certainement pas insatisfait de la performance de la Galaxy S10 que j’avais entre les mains. Une interface utilisateur avec l’Exynos 9820 SoC et 8 Go de RAM est incroyablement fluide. J’ai également testé le modèle avec 6 Go de RAM, mais je n’ai pas pu remarquer de différence sur place. Ceci est également permis, car l’avion combattra les concurrents du Snapdragon 855. Je dois dire qu’il s’agit d’un logiciel de pré-vente, donc il est possible que les petites grèves que j’ai vues soient supprimées. Comme il s’agissait d’un logiciel de vente au détail, il n’était pas non plus possible d’effectuer des tests. Cela se produira plus tard, lorsque nous aurons l’appareil dans nos mains pour des tests plus poussés. Pour l’instant, le Galaxy S10 répond certainement aux exigences de ce département, et le logiciel ne semble pas trop mal….

Le design est à l’honneur

Il faut s’attendre à ce que nous n’en ayons pas encore fini avec le sandwich au verre. Si c’est le cas, faites-le bien au moins. Samsung a très bien compris cette affirmation, le design est l’un des meilleurs de l’industrie. Sur le stand, j’ai eu affaire au Galaxy S10’blanc’. Je voudrais également souligner que le blanc n’est pas blanc. Au lieu de cela, le blanc a un éclat bleu très fort. Le téléphone est également disponible en Prism Black, Prism Green et Prism Blue. Ces couleurs, je n’ai malheureusement pas pu les voir de plus près. Ce qui complète le design, c’est que tout est joliment arrondi. Il n’y a pas de pièces carrées ; le verre à l’avant et à l’arrière se fondent bien dans le cadre en aluminium. Les modules de caméra s’intègrent également parfaitement dans l’image.

L’encoche en O Infinity de Samsung est clairement dissimulée par le fond du Galaxy S10.

Pour les conclusions finales, nous devrons attendre que les modèles d’examen parviennent aux éditeurs. En savoir plus sur les caméras : je les ai testées sur la CMM, mais pour donner une meilleure image, je ne dirai rien à leur sujet. Il en va de même pour l’autonomie de la batterie, que je n’ai pas pu tester à la CMM de toute façon car les appareils de démonstration sont toujours sur le chargeur. A ce moment, nous regarderons de plus près l’écran, et nous donnerons notre verdict final sur l’encoche en O de l’Infinity. Lors de mes essais à la foire, cela m’a paru bien, du moins beaucoup mieux qu’une note que vous voyez maintenant sur de nombreux smartphones. Un trou dans l’écran, c’est l’avenir ? Vous le lirez bientôt sur TechPulse.