Le jeudi de la transformation : Marc Benioff, CEO Salesforce

Le jeudi de la transformation : Marc Benioff, CEO Salesforce

Hawaï

Les initiés de la culture d’entreprise de Salesforce nous donnent parfois un aperçu de la façon dont ils se débrouillent ; comment, au début de votre carrière chez Salesforce, vous êtes immédiatement inclus dans la grande « Ohana » ou famille de Salesforce, et comment les employés de Salesforce au début ont toujours mis leur plus belle – maintenant oui – chemise Hawaiienne pour travailler. Pour ceux qui ne le savaient pas encore, Benioff a quelque chose à voir avec Hawaii.

Surtout le mot’Aloha’ semble avoir une signification particulière pour le PDG de Salesforce-CEO. C’est plus qu’un simple salut et une formalité d’adieu ; pour Benioff, cette expression incarne la sincérité et l’attention, et surtout, que vous traitez les gens autour de vous comme une famille ou Ohana.

A découvrir également : Transformation jeudi : Ada Lovelace, la première femme programmeuse informatique.

Un tibia douloureux

Benioff est peut-être le changement bienvenu que la Silicon Valley attend ; il est engagé socialement et n’hésite pas à donner de temps en temps des coups de pied dans les coulisses politiques. En 2015, Benioff s’est élevé contre une loi controversée sur la liberté religieuse en Indiana, critiquant le président Trump pour son retrait des Accords de Paris et sa proposition d’interdire les transgenres dans l’armée.

A découvrir également : Fossil va vendre la technologie smart watchtower à Google

Le PDG de Saleforce a également vu sa chance de surfer sur la vague d’indignation générale contre les plateformes de médias sociaux comme Facebook. L’année dernière, il a fait la une des journaux lorsqu’il a appelé Facebook « les nouvelles cigarettes » et a soutenu que la plateforme devrait être réglementée en tant que telle. Quelque chose en nous dit que Mark Zuckerberg ne fait pas partie de Ohana de Benioff.

Les merveilleuses voies du destin

D’ailleurs, cela n’avait pas fait beaucoup de différence si Benioff n’avait jamais fait de lui un magnat de la technologie. À l’âge de quinze ans, le PDG de Salesforce a fondé Liberty Software, une société avec laquelle il a créé et vendu des jeux tels que Flapper. Un an plus tard, il a déjà gagné tellement de droits d’auteur (1500 dollars par mois) avec cela qu’il pouvait financer ses études universitaires avec elle.

Même après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Californie du Sud, Benioff avait l’intention de poursuivre sa programmation. Cependant, un professeur de Benioff lui a déconseillé de le faire, car il pensait qu’au lieu de programmer, il devrait penser à un rôle plutôt orienté client.

Recrue de l’année

Et c’est ce qui s’est passé. Avant de fonder sa propre société Salesforce, Benioff a passé treize ans chez Oracle, où il a occupé différents postes dans les ventes, le marketing et la conception de produits. À l’âge de 23 ans, Oracle l’a nommé recrue de l’année et, trois ans plus tard, il a reçu le titre de vice-président. C’était la première fois dans l’histoire d’Oracle que quelqu’un d’aussi jeune avait réussi à conquérir cette position.

Le chemin du succès n’aura certainement pas été une rose, mais comme le dit Benioff lui-même :  » vous avez choisi le mauvais chemin si vous ne vous amusez pas avec ce que vous faites, mais d’un autre côté, vous ne prenez probablement pas assez de risques si vous n’avez pas à surmonter des obstacles de temps à autre « .