Mainframe vs Cloud : pendant combien de temps le nuage va-t-il s’imposer ?

Mainframe vs Cloud : pendant combien de temps le nuage va-t-il s’imposer ?

Aujourd’hui, le mainframe semble être en concurrence avec l’ensemble de la violence du cloud, donnant l’impression que le cloud est l’évolution logique du mainframe. Mais est-ce vraiment efficace ? Nous l’avons choisi pour vous.

Dans un monde où les applications se succèdent, le mainframe semble de plus en plus à la traîne. L’ordinateur central en tant que sujet n’est pas aussi sexy que les grandes données, les analyses ou l’IdO. Pourtant, à grande échelle, il sert de système nerveux central à de grandes industries telles que la finance et les soins de santé. C’est quelque chose que le nuage n’a pas encore atteint, en partie parce qu’il n’inspire pas autant de confiance.

A lire aussi : Néanmoins, 1.900 licenciements chez Proximus

Bien que l’ordinateur central soit parfois appelé en plaisantant « le dinosaure », ces grands systèmes informatiques d’antan ont parcouru un long chemin. Le premier mainframe moderne a été lancé en 1964 par le géant IBM et a été capable d’effectuer 229.000 calculs par seconde. C’est une innovation qui a permis au premier homme d’aller sur la lune. Dès lors, le mainframe est de plus en plus utilisé dans les entreprises pour les applications les plus cruciales de l’organisation.

Dans les années 90, l’ordinateur central a été soumis pour la première fois à une forte pression avec la montée en puissance de l’informatique serveur, reliant les PC à des systèmes back-end plus importants. L’ordinateur central a tenu le coup. Au cours de cette véritable révolution PC, IBM a introduit la famille System/390, qui est devenue le premier ordinateur central à dépasser 1 000 millions d’instructions par seconde. Après 1992, la puissance de l’ordinateur central a augmenté de plus de 30 % par an.

A découvrir également : Trump veut travailler sur une stratégie nationale d'IA

Le clou dans le cercueil ?

Néanmoins, le nuage prend également de l’ampleur. Avec la transformation numérique comme nouveau remède miracle, le cloud est souvent la plaque tournante de toute entreprise qui souhaite réussir sa transition vers l’ère numérique. CenturyLink et Statista indiquent que d’ici 2020, le marché du cloud computing représentera 355 milliards d’euros. En outre, près de 60 % de toutes les entreprises européennes pensent que les services en nuage sont importants pour la transformation numérique et, selon ITProPortal, les entreprises qui utilisent les services en nuage croissent environ 20 % plus rapidement que les entreprises qui ne les utilisent pas.

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles les entreprises préfèrent aujourd’hui opter pour le cloud plutôt que pour une solution sur site. Tout d’abord, le nuage est maintenu par le fournisseur. Les mises à jour sont donc automatiquement installées par un fournisseur de cloud comme AWS ou Azure, et si quelque chose ne va pas, vous pouvez toujours les contacter en tant que société. C’est différent avec un mainframe, où votre département informatique doit effectuer les onze mises à jour et maintenir le matériel lui-même. Les entreprises novices qui veulent économiser sur un département informatique seront donc plus enclines à opter pour une solution de cloud computing.

De plus, la mise en place d’un mainframe est également entre les mains de l’entreprise elle-même. Cela peut vous donner plus de contrôle sur l’ensemble du processus, mais cela signifie aussi que la mise en œuvre de certains processus prend parfois un peu plus de temps.

L’informatique dans les nuages semble être le clou de la boîte aux lettres de l’ordinateur central. Il s’agit de la toute dernière technologie qui devrait éliminer l’ordinateur central du monde. De plus en plus d’entreprises choisissent de transférer leur charge de travail vers une infrastructure en nuage qui vous permet de collaborer et d’accéder aux données nécessaires de partout dans le monde. Comment l’ordinateur central s’intègre-t-il dans cette image ?

« En fait, l’ordinateur central est la technologie de soutien sur laquelle reposent toutes les innovations. C’est une phrase qui m’a permis de rester forte lors de la journée de l’ordinateur central de la NRB en octobre dernier. « Après tout, me suis-je dit, il existe plusieurs technologies innovantes qui s’appuient sur une « technologie-cadre » moins passionnante. Pensez par exemple à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage profond, qui existe en théorie depuis les années 80, mais qui n’a pris son essor que vers 2005 parce que les processeurs pour les algorithmes d’apprentissage n’avaient alors qu’une capacité suffisante.

Pascal Lafinneur, CEO de NRB, le plus grand fournisseur de mainframes en Belgique, nuance l’image qui prévaut actuellement du mainframe et du cloud. « L’ordinateur central s’inscrit de plus en plus dans le nuage. De nombreuses organisations continuent de l’utiliser comme une machine sécurisée, robuste et fiable pour traiter les transactions importantes.

En fait, le mainframe s’intègre étonnamment bien dans une infrastructure de cloud hybride moderne. Les mainframes offrent tous les composants dont vous avez besoin pour exécuter une connexion cloud privée, une grande capacité mémoire et la possibilité de virtualiser les charges de travail.

Mainframe dan toch superieur ?

Pour les entreprises, un mainframe est dans la plupart des cas également moins cher qu’un fournisseur de cloud moderne parce qu’il est très efficace pour gérer des charges de travail importantes. En outre, la plupart des entreprises existantes utilisent déjà une sorte d’ordinateur central. Réécrire ces applications mainframe sur le cloud serait très compliqué et demanderait beaucoup de travail. En effet, les tracas liés à la migration des nuages sont encore souvent considérés comme un obstacle important à la transition vers les services dans les nuages. Selon IT Pro Portal, un tiers des responsables informatiques ne sont pas particulièrement désireux d’effectuer une migration de données.

La confiance dans le rayonnement de l’ordinateur central est également quelque chose que le nuage n’a pas encore réussi à atteindre. Selon une étude réalisée par IT Pro Portal, soixante-dix pour cent des professionnels IT pensent qu’il est beaucoup plus difficile de protéger vos données sensibles dans un environnement en nuage que sur site. Alors que la sécurité et les mises à jour sont entre les mains du fournisseur de cloud computing, avec un mainframe, vous avez un contrôle total sur vos données. Bien que cela signifie que vous en soyez vous-même responsable lorsque le serveur tombe en panne ou en cas de violation de données, il s’agit d’un risque que la plupart des responsables informatiques et commerciaux aiment encore emporter avec eux. « Ce que vous faites vous-même n’est peut-être pas toujours meilleur, mais c’est quand même plus sûr « , semble être la devise ici.

Ce qui rend l’ordinateur central vraiment indispensable aux yeux des fanatiques, c’est sa puissance informatique supérieure. Il donne à l’utilisateur plus de contrôle lorsqu’il exécute de lourdes charges de travail et réussit mieux que les systèmes de milieu de gamme à répartir les charges de travail entre différents systèmes. En ce qui concerne le traitement vectoriel, le mainframe reste incontestablement le numéro un.

L’ordinateur central est prévisible, fiable et évolutif. Ce n’est peut-être pas la technologie la plus à la mode, mais elle a fait en sorte que l’ordinateur central puisse résister à des mots à la mode comme  » server computing  » et finalement  » cloud computing « .

Imagoproblème et changement d’image de marque

L’image que le mainframe, contrairement au cloud, est un système de stockage de données rigide et logarithmique, prévaut toujours, mais selon Lafinneur cela ne correspond pas entièrement à la vérité. « Cette segmentation entre le cloud et le mainframe est en effet toujours d’actualité aujourd’hui. Toutefois, cette question sera résolue à l’avenir. Le nuage est de plus en plus intégré à l’ordinateur central, de sorte que l’ordinateur central devient plus ouvert et peut être ajusté pour se connecter au nuage.

Bien sûr, cela assure également une plus grande interaction avec l’utilisateur, et crée également de nouvelles applications conviviales pour le client, telles que les applications et les services liés au commerce électronique. Lafinneur explique : « ce n’est pas l’ordinateur central lui-même qui est dépassé, mais la façon dont nous l’utilisons ».

L’ordinateur central semble donc principalement aux prises avec un problème d’image. Les clients s’interrogent sur le potentiel futur de l’ordinateur central, bien qu’ils utilisent encore la technologie à grande échelle. C’est pourquoi la NRB estime qu’il est également important de changer l’image de marque de l’ordinateur central. Selon le géant belge de la technologie, nous ne dirons pas encore adieu à l’ordinateur central. En particulier pour certaines applications spécifiques, vous avez besoin d’un mainframe.

L’ordinateur central n’a pas besoin d’être amorti pour le moment. Pour les tâches où la technologie est performante, il n’y a aucune raison de les ignorer, à la recherche de nouveaux horizons. L’évolution de l’ordinateur central n’est probablement pas le nuage, mais une application hybride de l’ordinateur central et du nuage, où chaque technologie se concentre sur ce qu’elle fait de mieux.