La première fois avec un bourdon : DJI Mavic Zoom 2

La première fois avec un bourdon : DJI Mavic Zoom 2

Liaison complexe

Mon attention pleine et entière est peut-être un peu liée au fait que j’associe principalement les drones à la politique politique américaine, à laquelle je suis raisonnablement intéressé. Il va donc sans dire que j’étais très enthousiaste à l’idée de pouvoir en tester un moi-même. Quand je suis rentré à la maison, j’avais hâte de tester et de revoir ce drone (véhicule aérien sans pilote). J’ai donc commencé à sortir l’animal de sa cage et à tout assembler. (Je le rends maintenant plus cool qu’il ne l’était. Il ne me restait plus qu’à visser les ailes sur le drone.) Si vous voulez suivre les images sur votre smartphone, vous devez d’abord relier votre appareil au drone. Cependant, ce processus est quelque peu complexe. L’application doit être mise à jour de temps en temps et vous aurez besoin d’une connexion WiFi ou de données pour cela. Mais une fois l’application installée, c’est bien de pouvoir suivre les images sur votre téléphone. Il n’est pas non plus nécessaire de relier le drone à votre smartphone. Le drone décolle aussi et filme sans être connecté à votre smartphone.

A lire en complément : Samsung ouvre un premier centre de service à Anvers

Une journée à la mer

J’ai eu le drone à ma disposition pendant deux jours, et comme je prends toujours un examen très au sérieux, j’ai testé le drone à différents endroits. Vendredi, j’ai décidé de tester le drone en mer. Le Mavic étant rangé dans son sac, j’ai pris le train d’Anvers à Ostende. Quand je suis arrivé, j’ai d’abord mangé une poêle à poisson, mais c’est peut-être moins pertinent. Samedi, j’ai laissé le drone sur la digue d’Ostende. Cela a suscité beaucoup d’intérêt de la part des excursionnistes et des randonneurs d’un jour âgés. « Oh regarde, un drone. Un groupe de personnes est même resté avec moi pendant que je reliais le drone à mon smartphone. Je ne suis donc pas le seul à être fasciné par les drones et les drones. Maintenant, j’ai choisi la mer comme lieu d’essai à cause du vent fort qui y souffle souvent. Même quand j’ai testé la Mavic, ce n’était pas différent. Avis de non-responsabilité : le modelage de vos cheveux ne sert à rien sur la côte, et au bout d’un certain temps, vous quittez le combat.

A découvrir également : Comment Telegram est devenu le successeur tué de la toile noire

Ici, une batterie supplémentaire, vous en aurez besoin.

Le drone se charge très rapidement, mais l’inconvénient est que la batterie est aussi très rapidement vide. DJI semble être bien équipé pour cela, et vous donne une deuxième batterie, juste pour être du bon côté. Ceci peut être moins utile si vous voulez filmer pendant une longue période. Par exemple, deux heures est le maximum que vous pouvez filmer sans recharge.

(Jésus) image

Je ne peux qu’être positif sur les images. De temps en temps, vous voyez un petit contretemps quand il y avait beaucoup de vent dehors, mais c’est négligeable. Les réglages d’image sont également très qualitatifs ; la Mavic Zoom 2 possède de très bons réglages ISO et vous pouvez choisir de filmer à 24, 25 ou 30 images par seconde. J’ai aussi testé le drone à l’intérieur. Pour l’intérieur, je suis allé dans une église délabrée, où j’avais bien sûr assez d’espace pour laisser le drone décoller rapidement. Ces images étaient un peu plus qualitatives que les images extérieures, simplement parce que le vent n’a pas joué un tel rôle. J’ai pris de belles photos de la statue de Jésus dans l’église, pour le plus grand plaisir des moniales présentes. Le joystick est également très facile à contrôler. Une fois que vous n’êtes plus là, vous pouvez même viser votre appareil photo pendant que vous volez. La vitesse à laquelle vous pouvez contrôler le drone est un autre avantage. Par exemple, vous pouvez faire des mouvements très contrôlés et équilibrés, lents et lents, comme des mouvements extrêmement rapides. Ce qui est aussi très agréable, c’est que le drone enregistre les images à la fois sur une carte microSD et sur votre smartphone (si vous l’aviez relié d’ici là). Ceci vous assure d’avoir toujours une sauvegarde de vos images.

Bien que je n’aie jamais volé avec un drone auparavant, j’ai vraiment aimé le DJI Mavic Zoom 2. Le décollage et le contrôle du drone se déroulent très bien, et la qualité de l’image est très bonne. La connexion avec votre smartphone prend un certain temps, mais cela en vaut la peine. Dans l’ensemble, ce fut une très belle première expérience avec un drone. Si vous souhaitez en savoir plus sur la législation relative aux drones en Belgique, veuillez consulter cet article.