Achats en ligne : les Belges sont-ils à la traîne ?

Le dernier sondage Total Retail 2010 réalisé par PwC auprès de 23.000 e-consommateurs dans le monde entier montre que les Belges sont plus réservés que les 24 autres pays interrogés. Un millier de consommateurs belges ont participé à l’enquête.

Dans la recherche, quelques tendances ressortent. Dans le monde entier, le comportement d’achat numérique augmente chaque année – avec la Chine comme leader presque évident – alors qu’en Belgique, il stagne plutôt que dans les autres pays. Par exemple, 19,6% des consommateurs chinois achètent quotidiennement en ligne, alors qu’ils ne sont que 7,1% dans le monde et à peine 3% en Belgique.

A lire en complément : Comment Telegram est devenu le successeur tué de la toile noire

Combien de Belges achètent en ligne chaque jour ?

A lire aussi : Grève mardi chez Proximus

Les téléphones mobiles deviennent également de plus en plus un instrument d’achat et de paiement en ligne. Un tiers des personnes interrogées dans le monde déclarent qu’elles sont prêtes à facturer des crédits sur leur smartphone pour effectuer des achats – le double de ceux des Belges – et aussi que ce sera l’outil le plus important pour effectuer des achats, plus qu’un ordinateur ou une tablette.

En moyenne, près de la moitié des personnes interrogées dans le monde déclarent que la commodité est la principale raison d’acheter en ligne, mais un peu moins en citant les prix les plus favorables comme argument principal.

Les principales raisons d’acheter en ligne.

Toutefois, le « magasin à l’ancienne » conserve son importance, puisque près de la moitié des répondants ont déclaré qu’ils évaluent d’abord les produits en magasin avant de les acheter en ligne, soit environ le double de ceux qui le font uniquement par PC, tablette ou téléphone intelligent. Par conséquent, il demeure important pour les détaillants d’avoir des vendeurs de mieux en mieux informés dans les magasins, car bien que les gens achètent de plus en plus en ligne, l’impulsion pour l’achat est encore le plus souvent donnée dans le magasin.

Cela ne signifie pas pour autant que les détaillants ne sont pas encore en mesure d’interagir numériquement, puisque 43% des répondants belges ont indiqué qu’ils consultaient également leurs smartphones dans les magasins. Un sur cinq vérifie rapidement les prix de la concurrence, un peu moins utilise le smartphone pour consulter ou appeler des bons de réduction et autres offres promotionnelles. Pourtant, un répondant belge sur quatre a indiqué qu’il n’utilisait délibérément pas son smartphone dans un magasin, en partie parce qu’il préférait être aidé personnellement.

Pourquoi le Belge récupère son smartphone dans le magasin.

Dans l’ensemble, cependant, les marchés établis, y compris la Belgique, sont toujours à la traîne en matière de leadership numérique par rapport à de nouveaux marchés comme la Chine, mais la tendance est à la hausse.

Selon Filip Lozie, partenaire chez PwC, l’enquête Total Retail de PwC, le détaillant doit tenir compte de deux éléments importants s’il veut engager le consommateur en ligne :

  • la facilité d’utilisation, un moyen simple de rechercher des produits et de payer sur le mobile ou le site web régulier, et
  • le prix, élément important dans la décision du consommateur belge, quel que soit son âge ou son revenu

Les habitudes des Belges évoluent donc très progressivement et moins rapidement qu’ailleurs, mais la révolution a indéniablement commencé.

Ce billet de blog est offert par PwC.